Projets de GNL au Canada

Entrer en contact avec le « Peuple de la neige »


Les régions reculées du nord-ouest du Canada sont connues pour leurs températures glaciales et leurs espaces enneigés. Mais sous ce paysage d'une blancheur immaculée se cache un trésor naturel et une grande richesse. Comment trouver un équilibre satisfaisant entre les besoins de la population locale et le développement industriel rapide de la région ?


Lorsqu'on veut travailler dans des régions reculées du monde, le quotidien ne ressemble pas à une journée au bureau. Il faut découvrir le territoire et à établir un lien avec la terre et ses habitants.

Kitimat, sur la côte nord de la Colombie-Britannique canadienne, est une petite municipalité entourée de nature sauvage, de montagnes et de forêts denses. C'est également le territoire des Kitsumkalum, Gitxaala et Haisla (qui signifie « Peuple de la neige » dans leur langue), qui occupent ces terres depuis plus de 9 000 ans.

L'établissement d'un lien et d'un partenariat avec les peuples des Premières Nations est un facteur important pour exploiter de manière durable et équitable les gisements de gaz naturel de la région

Il y a froid et il y a glacial

Le Canada est peut-être connu pour son climat froid, mais lorsqu’il s’agit du gaz naturel liquéfié (GNL), les chiffres sont tout autres : -163 degrés Celsius. C'est la température à laquelle le gaz naturel doit être refroidi pour passer à l’état liquide.

L'adaptation à des températures extérieures même légèrement inférieures à zéro a été un défi pour Rafael Machado, le directeur général de KAEFER en Canada, car il vient d'une région du monde beaucoup plus chaude : le Brésil. Pourtant, cela a favorisé les interactions avec la communauté indigène locale. « J'ai beaucoup appris sur le respect de la terre auprès des communautés des Premières nations », explique M. Machado. « Nous avons des rituels similaires au Brésil et le fait que je sois un étranger dans cette région reculée du Canada me permet également d'avoir un lien différent avec le peuple de la Première Nation, qui me perçoit comme un esprit éclairé. »

La politique indigène de KAEFER Canada stipule que l'entreprise doit comprendre la culture des Premières nations et s'efforcer d'atténuer l'impact des projets sur leurs communautés. En outre, KAEFER s’engage à employer un certain pourcentage de travailleurs des Premières nations et à contribuer à la communauté locale en aidant à construire des écoles et des hôpitaux et en fournissant des soins de santé.

« Nous devons respecter cette terre autant que nous respectons les populations qui l'ont peuplée. »

Rafael Machado Directeur général de KAEFER en Canada

Ouvrir de nouvelles voies pour le GNL canadien

La communauté est appelée à se développer considérablement à l'avenir, car Kitimat est le centre du développement du GNL au Canada. Des milliards de dollars ont été investis dans un nouveau terminal pour la liquéfaction, le stockage et le chargement du GNL, qui sera exporté dans le monde entier. Grâce à son expérience et à son savoir-faire en matière d'isolation cryogénique, ainsi qu'à son système modulaire de pré-isolation, KAEFER pourra jouer un rôle clé dans ce nouveau projet.

« Notre système est une technologie éprouvée et idéale pour le GNL Canada. »

Ian Carter

« Nous avons développé un système et nous effectuons la pré-isolation dans nos installations en Chine. Ces « modules » sont entièrement préfabriqués et peuvent atteindre la taille d'une petite centrale électrique et peser jusqu'à 10 000 tonnes. Nous les chargeons ensuite sur des bateaux et les transportons vers une installation pour qu’ils soient interconnectés et prêts à être utilisés », explique Ian Carter du Centre de compétence GNL de Perth, en Australie occidentale.

« Notre système est une technologie qui a fait ses preuves et nous l’avons testé ici en Australie et dans d'autres endroits, comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée, par exemple. Ce système spécialisé est également idéal pour le GNL au Canada. »

Rafael Machado est d'accord : « l'un des défis spécifiques au marché canadien du GNL est la logistique, car le gaz naturel se trouve souvent dans des zones reculées et difficiles d'accès, comme la formation de Montney, qui est l'une des plus grandes ressources gazières connues au monde. La liquéfaction et le traitement à Kitimat en vue d'un transport maritime ultérieur constituent une étape importante vers l'établissement d'un marché d'exportation pour le gaz canadien. Notre technologie peut contribuer à rendre tout cela possible et à augmenter l’efficacité de traitement. »

Trouver un équilibre

Le GNL est une industrie en pleine expansion en Amérique du Nord, notamment en raison de son faible impact environnemental par rapport à d'autres combustibles fossiles. Ce facteur deviendra de plus en plus important dans la prospection et l'exploitation futures, ainsi que la nécessité d'équilibrer les gros projets industriels avec les besoins des communautés locales et des populations autochtones.

« Cette terre a tant à donner et nous devons la respecter autant que nous respectons les populations qui l'ont peuplée pendant des générations », déclare M. Machado. « Mais ce projet est bénéfique pour tous si nous saisissons ensemble les opportunités et envisageons l'avenir avec optimisme. »


Ce film, réalisé par LNG Canada, donne un aperçu des plans du projet